Pour les personnes nées en 1936, le taux de remplacement est de 79,5%. C’est la proportion moyenne de ressources dont elles disposent par rapport à leurs salaires antérieurs.

Tout le monde s’accorde sur ce constat, « la retraite, ça se prépare ! ». Nous avons récemment vu la nécessité de la préparer avec méthode pour être certain de bénéficier de tous ses droits.

Établir un bilan « retraite »

Au-delà de la date de départ, vous devez vous assurer que les droits de tous les régimes auxquels vous avez cotisé sont intégrés à votre relevé de carrière.

Ce diagnostic vous permet de mesurer les ressources dont vous allez disposer. Mais cela va-t-il suffire ?

Estimer ses besoins à la retraite

Cela peut paraître facile, mais cela n’est pas aussi simple. Globalement, la consommation d’un ménage à la retraite baisse avec l’avancée en âge. Cela est surtout vrai pour les catégories de salariés ayant eu des revenus inférieurs à 1,5 le smic. C’est un peu moins vrai pour d’autres catégories, cadres ou assimilés. De plus, d’importants transferts s’opèrent entre les postes de dépenses.

Selon l’INSEE, le cumul « nourriture, habillement, transports et logement » représente quelques 46% du budget des ménages à la retraite. Certes, ces dépenses vont progressivement diminuer, y compris, l’alimentation. Ce sera alors un transfert vers les postes « énergie, loyer et services à la personne ».

Intégrer les changements du mode de vie

Les conséquences du changement de mode de vie doivent être « mises sur la table ».

Cela commence avec le lieu de résidence choisi. Appartement ou maison, avez-vous anticipé ? Prévoyez-vous des travaux, des aménagements, des équipements lourds ? Avez-vous une estimation des coûts de copropriété si vous êtes dans ce cas ? La proximité des enfants et petits-enfants et le style de vie que vous souhaitez auront évidemment une incidence sur ce choix.

Quelle sera votre activité ? Certains décident de s’investir dans une activité de type associatif. D’autres choisiront de reprendre une activité professionnelle, même à temps limité. D’autres encore profiteront de ce temps pour déployer un projet très personnel, sportif, artistique ou culturel. On peut aussi voir là le moment pour reprendre des études.

Ce choix est déterminé aussi par le besoin de ressources complémentaires. Quoi qu’il en soit, cette activité aura une conséquence sur le choix du lieu de vie et sur les ressources.

« A la retraite, la plume [le stylo] est moins utile que la tondeuse à gazon. »,

Daniel PENNAC, prix Goncourt 2007

Le plus difficile sans doute sera d’apprécier les conséquences sur son train de vie. Il ne faut pas oublier que le passage d’activité professionnelle à « retraite » entraînera obligatoirement la souscription d’une mutuelle de santé complémentaire. Son coût sera parfois très différent de ce qu’il était « avant ». Autant en profiter pour estimer tous les risques liés à la santé ; pour certains risques, on peut même se poser la question de « l’auto-assurance ».

Selon que votre vie sera très active (voyages, hobbies, …) ou que vous choisirez des activités sportives de plein air, la lecture, les activités domestiques, … le budget alloué sera très différent.

Le dernier point consiste à estimer les besoins liés à la famille. Avez-vous encore un enfant à charge ? Devez-vous subvenir, seul ou avec frères et sœurs, aux besoins d’un parent âgé ? Un de vos enfants aura-t’il besoin d’un « coup de main » pour son activité professionnelle ou un achat immobilier ? …

Il devient essentiel de chiffrer avec autant de précision que possible les dépenses que cela peut induire. Par expérience, on constate souvent que le budget global est assez proche de sa première estimation. Des transferts s’opèrent entre les postes et cela peut vous amener à reconsidérer votre budget familial.

A noter : Qui dit rente, dit fiscalisation. Les sommes épargnées ont pu bénéficier d’une déduction fiscale (ou comptable). Les rentes « reviennent » dans vos ressources et, à ce titre, sont imposables. Attention donc à ne pas sous-estimer la fiscalité directe.

Constituer une épargne de précaution

A tous moments de la vie, quand c’est possible, la constitution d’une épargne de précaution permettra de financer « au pied levé » un renouvellement de tel ou tel équipement. Cela peut évidemment être un changement de véhicule, un gros appareil électroménager qui tombe en panne ou encore des dépassements d’honoraires sur des frais de santé.

L’épargne de précaution est constituée de liquidités placées sur des supports immédiatement mobilisables. On pense tout de suite aux livrets d’épargne (Livrets A, B, LDD, …). Dans la pratique, on conseille de « placer » sur ces livrets, l’équivalent de 3 mois de salaire. C’est un « standard », mais vous devrez ajuster en fonction de l’âge de la voiture et des gros équipements de la maison.

Planifier ou programmer la « consommation » de son épargne

Si vous avez constaté que les ressources prévues (retraite de base + complémentaire + loyers) restent inférieures aux besoins, vous examinerez la nature des placements que vous aurez pu constituer durant votre activité professionnelle. Les contrats « Madelin » avaient pour objet de constituer une retraite complémentaire. C’est le moment de déclencher et de planifier le versement des rentes. Mensuelles de plus en plus, vous pouvez quand même étudier la rente trimestrielle. C’est le rythme de vos dépenses qui va vous orienter. Plus vous serez mensualisé, plus vos dépenses seront linéaires, bien sûr.

En fonction des aléas, vous pourrez aussi effectuer des rachats partiels sur certains placements de type assurance-vie.

C’est encore le moment de faire des projets

Cette stratégie de « consommation » de son épargne peut aussi s’articuler avec une stratégie d’épargne supplémentaire. Si vous avez pu vous constituer une épargne complémentaire, si vous disposez aujourd’hui des fonds issus de la cession de votre entreprise (parts sociales ou fonds de commerce), alors, il faut déterminer leur valorisation.

Mais cela va de pair avec une approche plus complète qui intègrera divers aspects.

En effet, avec le temps, l’adaptation de votre logement deviendra une question d’actualité. Vous allez aspirer à plus de confort, en vous simplifiant la vie. L’adaptation ou la rénovation de votre logement mobilisera des fonds.

Les enfants et petits-enfants seront parfois au centre de vos réflexions que l’on peut qualifier de patrimoniales.

Il est bon de garder à l’esprit que l’équilibre financier entre ressources et dépenses, pourra évoluer en fonction des événements de la vie ; autant les anticiper.

 

Découvrez l'accompagnement retraite Cerfrance

 

 

à lire également